L’architecture des sens pour une maison de rêves

Il y a des constructions qui s’imposent d’elles-mêmes. Les étapes du projet se réalisent sans encombre, en toute simplicité. Ce fut le cas de cette maison signée Ameo architecture. La société, rompue aux habitats écologiques, m’a conçue confortable et à la pointe de la performance énergétique.

Imaginez un cadre privilégié, presque surréaliste, à Bernin (Isère). Un terrain plat de 1 000 m2 sans masque solaire s’ouvre sur la chaîne de Belledonne, surnommée « montagne abîmée ». A quelques minutes de Crolles, le lieu est une véritable bouffée d’oxygène. T. Lolies faisait plus qu’imaginer un tel endroit, il en rêvait. Il cherchait un espace paisible comme celui-ci depuis déjà six ans. Aussi l’ingénieur thermicien de la société ne pouvait-il que tomber sous son charme. « La nature du sol est parfaite et la surface, carrée, laisse entrevoir de nombreuses perspectives d’évolution », justifie-t-il. Après avoir rénové sa précédente maison mitoyenne énergivore, Lolies voulait un habitat en accord avec ses convictions écologiques et son activité professionnelle. Les plans ne se sont donc pas fait attendre.

Une belle maison d’architecte

La société propose des prestations d’architecture et d’étude thermique en Isère, comprenant la conception et la maîtrise d’œuvre. Elle intervient plus largement dans le sud-est de la France pour des prestations de consulting bioclimatique et d’études thermiques sur des constructions à hautes performances énergétiques. Lolies précise : « Les constructions s’inspirent des standards suisse Minergie et allemand Passiv Haus en y ajoutant une forte expertise dans le domaine du confort d’été. » Les niveaux de performance varient ainsi entre 30 et 60 kWh/m2/an pour le chauffage, la ventilation et l’eau chaude sanitaire. Il n’était pas question pour le maître d’ouvrage d’échapper à ces critères. Et pourquoi ne pas faire mieux ? L’ingénieur et son épouse avaient deux principales aspirations pour leur résidence principale. Lui souhaitait un habitat compact, elle voulait un extérieur et un intérieur tout aussi esthétiques. La structure envisagée répond à ces attentes, sans compromis. Le rez-de-chaussée loge une chambre d’amis proche des pièces familiales. A l’étage, les chambres des deux enfants ainsi que celle du couple encerclent un espace de jeux regroupant tous les membres de la famille, soirs et week-ends.

architecture des sens pour une maison contemporaine
architecture des sens pour une maison contemporaine

Une maison contemporaine avec vue sur la montagne

Outre un tableau grandeur nature idyllique, la maison de Lolies n’a rien en commun avec ses voisines. D’une surface habitable de 145 m2, l’habitat serait classiquement rectangulaire si l’angle sud-est n’avait pas reçu un traitement singulier. Au rez-de-chaussée, la salle à manger s’inscrit dans une courbe, tandis qu’à l’étage une terrasse semi-couverte agrandit la chambre occupant ce même angle. Profonds débords de toiture en tuiles de terre cuite et espaces tampons (garage et cellier), regroupés face au nord, caractérisent son architecture. Orientée plein sud, la maison bénéficie d’une vue panoramique saisissante sur la montagne.

Une attention particulière a été portée aux occultations solaires, avec des volets roulants en applique extérieure et des brise-soleil orientables. Ils protègent les grandes baies principales situées au sud, reliées par de la tôle en aluminium. Le laquage anthracite de ces occultations contraste élégamment avec la blondeur du bardage en douglas. Les lattes, alternativement horizontales et verticales, créent un effet visuel surprenant. L’intérieur, le bois prend le dessus sur les murs peints d’un blanc pur. Le parquet est décliné en plusieurs essences : chêne au rez-de-chaussée, frêne à l’étage et noyer dans la chambre parentale.

Une architecture qui touche la perfection

La fierté de T. Lolies réside surtout dans la performance énergétique de sa bâtisse. Celle-ci a consommé seulement 9 kWep/m2/an l’hiver dernier. Un poêle à bois Stûv® de 10 kW complète les apports solaires directs. Une prouesse qui est due notamment à une bonne isolation. De l’extérieur, les panneaux semi-rigides de 2 x 12 cm sont composés de coton, produit à base de vêtements recyclés (isolant Métisse). Ils sont disposés entre les montants et en face interne. En rampants, 40 cm de ouate de cellulose ont été soufflés dans les combles perdus. Le plancher bas sur terre-plein repose quant à lui sur 12 cm de polystyrène. Les déperditions thermiques sont aussi limitées grâce à des menuiseries mixtes bois/aluminium portant des doubles vitrages emprisonnant du gaz argon, au sud et à l’est. Ils sont triples au nord et à l’ouest pour créer une enveloppe encore plus performante. D’autre part, les dalles et les murs de refend en béton confèrent au volume habitable une inertie appréciable. 65 % de l’eau chaude sanitaire est produite par des capteurs intégrés en toiture (4,6 m2 reliés à un ballon de 300 L). Enfin, les maîtres d’ouvrage ont installé une VMC double flux qui limite les déperditions, en récupérant 90 % des calories de l’air vicié rejeté à l’extérieur. Deux ans après l’achèvement des travaux, les propriétaires savourent chaque instant passé dans cette maison sur mesure. Si elle ne fait pas partie du catalogue, elle est une source d’inspiration pour tous les clients du groupe.

Laisser un commentaire