Terrasse en bois naturel ou en bois composite?

La terrasse en platelage bois massif ou composite connaît un succès grandissant. Encore faut-il qu’elle ne déçoive pas… Pour vous aider à choisir entre ces deux matériaux, nous avons fait le tour de la question en quelques points.

Le bois naturel

Ce matériau 100 % renouvelable bénéficie d’une très bonne image. On croit le connaître mais, en réalité, le «bois» est un mot générique qui cache une multitude de choix pour la réalisation de terrasses vivantes et esthétiques. Diversité des essences locales (douglas, chêne, châtaignier, pin, etc.) ou exotiques (ipé, padouk, cumaru, teck, etc.). Diversité aussi des traitements qui en améliorent les performances: bois traités en autoclave ou thermotraités.

terrasse en bois naturel
Terrasse en bois naturel

Le bois composite

Inventé au Japon dans les années 70 pour limiter l’utilisation des bois exotiques rares, le bois composite est constitué de farines de bois et de matières plastiques agglomérées. D’une qualité de fabrication constante (extrusion), cette technologie vise le meilleur des deux matériaux: le PVC pour la résistance à l’humidité; la poudre de bois, pour la rigidité et l’esthétique. Deux versions se partagent le marché: les lames alvéolaires et les lames massives.

Terrasse en bois composite
Terrasse en bois composite

La durabilité du bois naturel

Soumise à de fortes contraintes, une terrasse en bois naturel ou composite a une durée de vie de 5 à 30 ans, selon la nature des matériaux utilisés, le climat et la qualité de la mise en œuvre. Outre ces derniers aspects, le critère de qualité, donc de durabilité, est primordial. Attention, donc, au choix des lames…

Par sa composition, le bois composite souffre moins de l’humidité, mais il n’existe pas de norme de classement des produits: le choix s’avère donc plus difficile. La règle? Méfiez-vous des produits alvéolaires peu chers et préférez les produits massifs élaborés chez les fabricants reconnus. Si vous optez pour une lame alvéolaire, vérifiez la régularité et la netteté des alvéoles, preuve d’une extrusion de qualité. Les produits massifs présentent, dans tous les cas, une meilleure durabilité. Concernant le bois, la norme préconise pour une terrasse deux classes d’emploi en fonction de l’exposition:

  • Classe 3 pour une durée de vie de 5 à10 ans.
  • Classe 4 pour une durée de 1S à 20 ans et plus.

A réserver pour des terrasses abritées, les bois de classe 3 – douglas, mélèze, feuillus, jatoba, etc. – sont des bois extérieurs qui ne doivent pas entrer en contact avec le sol ni avec une source d’humidité prolongée. La plupart des bois exotiques sont classés 4 , traités ou chauffés,: Ils supportent le contact avec le sol et l’exposition à l’humidité de façon prolongée ou permanente.

Le bois naturel protège mieux l’environnement

Pas si simple de départager nos concurrents… A priori, le bois, matériau naturel et renouvelable par excellence, a l’avantage. Les terrasses en bois issu de forêts locales sont sur le podium, sans contestation possible. En seconde position vient le bois exotique, mais avec deux sérieux bémols: le transport et les doutes que l’on peut avoir sur la gestion durable des forêts dans certains pays. Quel que soit le type de bois, privilégiez ceux certifiés PEFC et/ou FSC garantissant la provenance de forêts gérées durablement. La traîne, les bois traités et chauffés qui, en raison des processus industriels et chimiques, sont forcément moins performants sur ce plan. Difficile aussi de recycler un bois traité.

Le bois composite a aussi des arguments en sa faveur. Les fabricants expliquent que ce matériau contribue à la sauvegarde des forêts en proposant une alternative au bois exotique. Et que, sur le plan environnemental, Il peut être aussi vertueux que le bois massif, notamment en utilisant dans sa fabrication des matières premières issues de déchets de scieries voire, pour certains, de polymères recyclés. Avantage également à l’usage, puis qu’aucun produit de protection n’est nécessaire.

À noter également que, en fin de vie, il est possible de les réintroduire dans te processus de production. Sur ce dernier point, il est bien sûr nécessaire qu’une filière de collecte et de tri soit mise en place…

Le bois composite est plus facile à entretenir

Principale différence entre nos deux challengers: le grisement des bois massifs, dû à une dégradation de la lignine. Quelles que soient les essences, les platelages en bois grisent plus ou moins avec le temps, ce qui n’est pas le cas des bois composites. Certains adorent, d’autres détestent…

C’est donc un choix personnel que de le laisser griser ou pas. Naturel, ce phénomène n’a aucune conséquence sur la durabilité et peut être atténué ou stoppé avec des produits spécifiques -huiles, lasures ou vernis. Ces traitements sont toutefois à renouveler régulièrement. Le conseil du pro: évitez les recettes de grand-mère à base d’huile de lin ou autres, et préférez les produits d’imprégnation dédiés.

Il est possible également de réaliser de temps en temps un ponçage complet pour redonner de l’éclat à la terrasse. Pour le bois composite, les couleurs résistent généralement aux UV. Même si, juste après la pose, on note une perte de leur éclat avant que le matériau ne se stabilise. Bois massif ou composite, un nettoyage régulier (2 à 3 fois par an) est essentiel pour éviter le développement de moisissures et la fixation de polluants, principales sources de glissance. Les fonds de rainure, si le platelage en possède, doivent être dégagés à l’aide d’un balai-brosse et de produits non agressifs. Bannissez le nettoyeur à haute pression, surtout pour le bois.

terrasse en bois composite avec pierre de parement naturelle
terrasse en bois composite avec pierre de parement naturelle

Côté pose, on opte pour le bois naturel

Les platelages, bois ou composite, sont posés sur lambourdes après que le sol a été préparé et, autant que po

ssible, isolé de l’humidité. Pour la fixation des lames, deux techniques existent: par vis traversantes en inox, ou par clips et fixations invisibles sur le chant ou sous les lames. Plus esthétique, cette seconde pose (non reconnue par les textes professionnels) peut être source de désordres, notamment avec des lames en bois composite de moindre qualité (risque de fluage).

Concernant les platelages en bois composite, Il n’existe pas de règles précises de mise en œuvre. Il convient donc de suivre scrupuleusement tes documents techniques des fabricants. Et si vous faites appela un professionnel, demandez à voir ses références.
Les platelages en bois sont, eux, soumis à des normes de pose professionnelles (DTU 54.1), que votre artisan est tenu de suivre, garantie oblige.
Les lames sont le plus souvent fixées avec des vis dont la tête est suffisamment large et robuste pour reprendre l’effort de serrage sans poinçonner le bois et sans le rompre.
La stabilité des lames est une notion primordiale. Le bois naturel se déforme en largeur, prévoyez donc un espacement entre lames de 5 à 6 mm et de 4 mm pour le bois thermotralté. Le composite, lui, se déforme en longueur et en largeur, donc respectez l’espacement entre lames précisé par les fabricants, ainsi qu’une marge périphérique.

Le bois naturel est plus esthétique

Malgré tous les efforts que feront tes fabricants de bois composite, Ils n’arriveront lamais à conférer à leur produit la qualité esthétique qu’offrent les platelages en bois. C’est normal!
Le bois est une matière vivante unique, avec ou sans nœuds, veinée et colorée, comme les bois exotiques aux teintes chaudes. Une large palette d’essences étoffe le choix et les fabricants travaillent les surfaces pour des finitions vieillies, rainurées, lisses, etc. et des bords biseautés. Les formats sont variés: les lames larges sont très prisées (max.135/145 mm pour éviter les déformations) et les caillebotis plébiscités sur les balcons et loggias.

Les fabricants de bois composite ne sont pas en reste. Ici, la tendance est à la couleur: brun, gris, bleu, vert, tout est possible, ou presque! Même chose du côté des finitions qui peuvent être rainurées, lisses ou structurées. Autre tendance: une augmentation de la largeur des lames, jusqu’à 180 mm. De nombreux accessoires améliorent l’esthétique de la terrasse, comme les lames de rive pour dissimuler la structure.

Quel prix pour le bois naturel et le bois composite

Pas simple de s’y retrouver dans tes prix, tant il y a de références! Platelage en bois ou en composite, privilégiez la qualité et bannissez les produits d’appel peu chers: il y a forcément anguille sous roche et la déception risque d’être au rendez-vous. Donc, autant attendre un peu pour muscler votre budget. Pour les platelages en bois, que vous les achetiez dans une grande surface de bricolage ou dans un négoce spécialisé, une règle: si la terrasse est exposée aux intempéries, choisissez un bois de classe 4. Il sera plus cher mais aussi plus durable. Le premier prix pour des produits de qualité est d’environ 25 € TTC le m2. Le prix moyen est 50 € TTC le ma et le haut de gamme, comme l’ipé, de 60 € à…200 € TTC le m2.
Constat à peu près identique pour le platelage en composite. En fonction de la qualité, tes prix s’échelonnent de 25 à 65 € TTC le m2.

Attention, n’oubliez pas d’ajouter les autres composants de la terrasse — géotextile, lambourdes, visserie, etc. Là aussi, privilégiez la qualité, notamment pour les lambourdes assurant la stabilité de l’ensemble.

Tags:

Laisser un commentaire